Sauter au contenu

2016/05/28

Nouvelle Maskoutaine

Laissez-moi vous mettre en contexte. Petit village forestier en Haute-Mauricie, les berges d’un lac de 26 km de long, 180 résidents (maximum!), la pêche, les plages en été, la motoneige et les feux de foyer en hiver, voilà d’où je viens!

Nouvelle Maskoutaine depuis le mois d’octobre dernier, Saint-Hyacinthe était pour moi aussi inconnue que le mot « Maskoutain » lui-même. Un changement vous dites? Et comment! Bienvenue dans la Gran’ ville ma chère. Qui prend Marie, prend pays comme ils disaient dans le temps. Et bien me voilà. Pourtant, je retrouve à Saint-Hyacinthe certains aspects de mon petit village perdu dans le bois.

Première constatation face à cette nouvelle ville : Ce n’est pas du tout Montréal (pour être honnête avec vous, j’anticipais une ville sombre, surpeuplée et presque dangereuse…(en exagérant à peine!) Bien au contraire, l’ancienne seigneurie de Maska est en fait un endroit superbe où vivre, avec une population plus qu’accueillante (Dieu merci!) et qui possède sa propre identité.

Cette identité se traduit énormément par le côté agroalimentaire (je n’avais jamais autant prononcé, lu et écrit ce mot avant d’habiter Saint-Hyacinthe, croyez-moi), mais également par le plaisir ressenti des habitants d’y vivre, d’y être attaché et de la faire découvrir.

Je vous propose une sorte de voyage, ou plutôt, de covoiturage tiens (histoire d’être écoresponsable et tendance, par la même occasion). Je vous offre la place du passager au fil de mes découvertes, parfois sans envergures apparentes, parfois totalement grandioses, de cette ville qui devient la mienne, qui est peut-être la vôtre ou qui le sera prochainement le temps d’une visite.

Vous verrez, on n’est pas gênant!